Les périodes libres

Les périodes libres

À chaque jour, après l’école ou en fin de soirée, l’Hôte Maison alloue aux jeunes un temps pour se détendre, discuter en jouant au babyfoot et autres jeux de société, écouter de la musique et chanter ou encore faire leurs devoirs. En effet, certain.e.s jeunes privilégient les périodes libres pour avancer dans leurs travaux d’école et pouvoir ainsi profiter au maximum de l’activité qui les intéressent.

Afin d’étudier en toute tranquillité, les jeunes font généralement leurs devoirs au sous-sol de la maison de jeunes. Les intervenant.e.s les aident également de leur mieux, mettant l’emphase sur la motivation et la persévérance scolaire. Certain.e.s jeunes s’amusent à des jeux de société ou virtuels sur les ordinateurs disponibles, alors que d’autres racontent des anecdotes drôles ou leur journée avec les intervenant.e.s ou entre eux.elles.  Quelques-un.e.s profitent de ces instants pour dessiner.

Les périodes libres sont par ailleurs des moments singuliers et précieux pour les jeunes. Il.elle.s partagent, à travers des discussions animées et vivantes, parfois sérieuses :

  • Ce qu’il.elle.s ont fait et ce qui est à faire pour l’école ;
  • Leur fin de semaine ;
  • Leurs projets personnels ;
  • Leurs suggestions d’activités pour les prochains mois ;
  • Leurs avis sur divers sujets ;
  • Leurs opinions sur les activités offertes par l’Hôte Maison.

Les jeunes se sentent écouté.e.s et capables de s’exprimer librement sans être jugé.e.s. De surcroît, cette atmosphère favorise les interactions sociales entre les jeunes, régulier.ère.s à la programmation et nouveaux.elles, via un partage d’intérêts.

« Le libre après l’école me permet d’avoir un temps pour moi et de me poser suite à une longue journée scolaire. Je peux m’engager dans des conversations intéressantes tout en allant à mon rythme. », une jeune de 14 ans.

« J’aime les périodes libres parce que je peux profiter pour prendre ma collation et chiller en jouant à des jeux vidéo ou en écoutant des vidéos sur Netflix. Je racontais parfois des blagues aux autres jeunes présent.e.s. C’est un temps pour moi ! », un jeune de 14 ans.